Fire emblem The Sacred Stones (GBA)

by on 18/05/2016
 

Fire Emblemfire emblem the sacred stones sur gameboy advance The Sacred Stones (GBA)

Fire Emblem est une saga de jeux vidéo basée sur un système de jeux très spécifique : le tactical / Rpg (réputée pour être l’une des plus ardues) développée par Intelligent Systems et éditée par Nintendo. Les premiers opus Fire Emblem sont sortis en 1990 uniquement au Japon. L’un des premiers épisodes a avoir quitté le sol nippon est Fire Emblem 7, connu en Occident sous le simple nom de Fire Emblem et sorti en 2003. Mais aujourd’hui nous allons voir, Fire Emblem : The Sacred Stones. Il s’agit du deuxième opus sorti en 2005 dans notre cher pays.

Comme on adore ce jeu, je vous propose de regarder cette video sur le nouveau Fire Emblem Fates conquête et héritage qui sort le 20 mai 2016.

Il était une fois dans le continent de Magvel…

Des hommes dotés d’un courage surhumain utilisèrent cinq reliques, les pierres sacrées, pour restaurer la paix dans le monde et sceller la source du mal : le Roi-démon. Après quelques siècles, sur les ruines de Magvel sont nées cinq nations, accueillant chacune une des pierres sacrées. L’une de ces nations, l’empire de Grado, vient d’envahir son voisin, le royaume de Renais. Pris au dépourvu, tout Renais est tombé sous l’emprise de l’agresseur.

Ephraim, le prince de Renais, était absent dans la capitale lors de l’invasion. Escortée par le Général Seth, Eirika a échappé de justesse à l’armée impériale et se dirige maintenant vers Frelia. Pour la princesse Eirika, c’est le début d’un voyage incroyable, long et périlleux.

Le jeu se décline en 21 chapitres principaux, avec deux histoires parallèles. Cela permet augmenter la durée de vie du jeux car on peut choisir de suivre l’équipe Eirika ou Ephraim à l’épisode 8 et cela change les missions selon notre choix. A cela s’ajoute les chapitres bonus, les missions annexes, ainsi que la tour de Valni et les ruines de Lagdou.

Passons au Gameplay :

Comme tous les Fire Emblem, son système de jeu est au tour par tour dans une carte ou donjon. L’objectif est de garder votre personnage principal en vie tout en remplissant les missions demandées (soit prendre le trône, soit décimer tous les ennemis).

Pour cela au début chaque mission, vous aurez la possibilité d’organiser vos unités pour optimiser vos déplacements. Ceci se déroule en 2 phases : joueurs, ennemies et parfois une phase soutien (des personnages de soutien).

Tout au long des missions, vous obtiendrez des personnages que vous pourrez contrôler et faire évoluer. Les unités sont quant à elles divisées en classes, qui vont du chevalier au voleur en passant par le mage ou encore l’archer. Il est évidemment possible d’utiliser des objets ou des sorts.

Chaque personnage se déplace en fonction de sa capacité de déplacement. Les déplacements sont indiqués par des cases bleues et les cases rouges marquent les limites.

The Sacred Stones remet les dialogues de soutien, déjà présents dans l’épisode précédent. En fait, quand deux personnages pouvant établir un lien se trouvent côte à côte sur le champ de bataille, cela donne la possibilité de mettre en place un dialogue de soutien qui augmentera leur affinité. Au fur et à mesure que l’affinité augmente, ces personnages gagnent des bonus lorsqu’ils se trouvent proches sur la carte. Ces dialogues constituent un point important du gameplay et peuvent permettre au joueur de faire progresser ses unités. Grâce au bouton START, vous pourrez voir les positions de vos personnages et ceux de vos ennemis.

En mode combat :

Pour attaquer, vos personnages doivent se retrouver à proximité de l’ennemi. Il y a plusieurs critères à prendre en compte :

Avant l’attaque, nous pouvons comparer les statistiques du personnage et de l’ennemi (puissance, PV, précision, critique) ce qui permet d’évaluer la force de notre ennemi.

Le système de « triangle des armes » est important lors les combats (les épées plus fortes que les haches, les haches plus fortes que les lances, les lances plus fortes que les épées), cela demande d’être stratège et savoir qui attaquer. Les armes ne peuvent pas être utilisées de façon infinie ; au bout d’un nombre d’attaques données, elles se cassent et ne peuvent plus être utilisées. Des armes peuvent être achetées, obtenues dans des coffres pendant les batailles ou même récupérées sur des ennemis vaincus.

Chaque unité gagne de l’EXP à la fin de chaque combat pour augmenter son niveau et ainsi évoluer.

The Sacred Stones utilise aussi le système de classes. Lorsqu’un personnage atteint le niveau 10 (pour un maximum de 20), il lui est possible de changer de classe, si le joueur possède un objet précis. Par exemple, lorsqu’un chevalier atteint le niveau 10, il peut devenir un paladin ou un grand chevalier sous réserve que le joueur possède un Blason de héros. Par ailleurs, certaines recrues peuvent changer de classe sans objet. A noter que certaines classes disposent d’aptitudes particulières renforçant leur efficacité au combat (la capacité de ne jamais rater son attaque, par exemple).

Voyons ensemble ces nouveautés pour ce huitième opus. Une carte du monde accessible entre chaque bataille ! Sur cette carte, on peut se rendre dans des magasins, des armureries, ou de combattre des monstres apparaissant aléatoirement afin de gagner en expérience. Il est également possible de gérer son équipe, en leur fournissant des armes neuves, des objets de soin.

Il y a deux donjons en option : la Tour de Valni et les Ruines de Lagdou. Cela vous permet de combattre des ennemis successifs afin de progresser plus rapidement.

Le convoi dans lequel le joueur stocke son excédent d’objets et d’armes n’est plus une caravane qu’il faut protéger sur le champ de bataille. Ce sont les deux personnages principaux, Eirika et Ephraim, qui conservent tous les objets en réserve. Pour accéder à ce stock, il faudra se retrouver à proximité d’un des deux personnages pour profiter.

Parlons graphisme :

Ce Fire Emblem nous propose des beaux graphismes en 2D : des déplacements fluides et jamais désordonnés avec un décor clair et coloré ainsi qu’un character design et des animations de combat très réussi. On prend un vrai plaisir à y jouer.

Pour conclure tout ceci…

Comme vous aurez pu constater ce Fire Emblem est très riche en contenu et en diversité avec ces nouveautés, même si le gameplay reste sur les mêmes bases solides que les précédents.

Le scénario est très bien construit avec une lutte permanente au pouvoir qui nous permet au fur et a mesure de s’attacher au deux personnages principaux. Ce jeu permet de s’ouvrir à un public plus large car sa complexité a été revue à la baisse ce qui peut repousser les anciens joueurs de Fire Emblem.

Toujours aussi addictif et fascinant, ce Fire Emblem ne manque pas d’argument pour vous faire passer un bon moment.

Venez voir nos deux articles sur Mirror’s Edge Catalyst et Street Fighter V avec notre ami THONG.

Article réalisé par XVII.

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

Leave a Response