Annia joue à… 7 Days To Die

by on 08/07/2016
 

Ce mois-ci j’ai joué à 7 Days To Die signé The Fun Pimps Entertainment et j’ai été tuée par des cactus.

Annia joue à... 7 Days To Die

Annia joue à… 7 Days To Die

En commençant par DayZ en mod sur Arma II, puis en passant par le dinausoresque Ark : Survival Evolved, je pensais avoir les épaules assez larges pour m’attaquer à un énième survival. Sorti en décembre 2013 et toujours en Alpha version 14.7, je vous présente 7 Days To Die, open world mêlant FPS, survival horror, tower defense, role playing, combat, crafting, looting, mining, exploration, évolution de personnage, sandbox et zombies (source : http://7daystodie.com/). Vous l’aurez compris, on touche là à un titre qui veut bousculer les codes du genre.

Les spawns sont aléatoires, et tout est récupérable dans votre environnement.

Les spawns sont aléatoires, et tout est récupérable dans votre environnement.

Une fois la phase de création de personnage passée, tout débute avec, dans votre sac, le stricte nécessaire pour survivre à votre journée : de l’eau, de la nourriture, un bandage et une torche. Pour les débutants, pas de panique, un tutoriel sous forme de quêtes vous est proposé ingame afin d’appréhender les bases du crafting et vous faire entrevoir vos possibilités. Une fois celles-ci assimilées votre priorité se portera sur vos besoins primaires (faim, soif). Vous devrez alors parcourir les routes afin d’amasser des vivres, mais aussi divers objets qui vous serviront à fabriquer armes et armures pour vous aider dans votre survie. Selon le biome que vous arpenterez, la flore sera chamboulée du tout au tout. Des plaines verdoyantes aux déserts irradiés, vos trouvailles fluctueront selon votre bonne fortune et votre capacité à retourner le moindre caillou.

Votre inventaire sera vite remplie, et il sera vitale d'assembler ou de jeter le surplus.

Votre inventaire sera vite rempli et il sera vital d’assembler ou de jeter le surplus.

Toutefois, gare aux ennemis que vous croiserez sur votre chemin. Ils ne manqueront pas de vous pourchasser avec plus ou moins de lassitude, ou à ameuter leurs camarades aux alentours. Pour se faire, vous aurez à disposition des armes à looter sur les cadavres ou dans des coffres, mais aussi à crafter selon vos ressources et votre niveau de fabrication. De plus, à chacune de vos actions, vous gagnerez des points à répartir sur des compétences spécifiques (résistance, endurance, combat, réparation…) qui vous feront bénéficier de bonus et augmenter votre proportion à survivre. Notez un détail qui n’est pas des moindres : chaque soir, à 22h, les zombies se réveillent de leur léthargie et se mettent à vous pourchassez avec plus de rapidité et d’oisiveté que dans la journée. Pas de fuite possible dans ce cas de figure, votre seul moyen de survivre correctement sera de trouver un abris avant la nuit et de vous y murer jusqu’à l’aube. Comme si cela ne suffisait pas, il faudra aussi compter sur le fait que des hordes gigantesques s’abattront sur vous tous les 7 jours et que vos défenses devront être prêtes pour le jour-J.

Certains zombies, parfois hargneux se frayeront un chemin pour vous atteindre.

Certains zombies parfois hargneux se frayeront un chemin pour vous atteindre.

De fil en aiguille, vous développerez de nombreux outils qui vous permettront de fabriquer des objets de plus en plus sophistiqués : armes à feu, bétonnières, mobilettes, armures [etc.] Un catalogue plus ou moins exhaustif afin d’optimiser votre façon de vous défendre et de subsister dans cet environnement hostile. Ainsi, vous aurez l’opportunité de créer from scratch votre QG et de le renforcer à votre guise avec le système d’amélioration de matériaux pour passer de la simple cloison en bois à celle en métal, digne d’un vrai bunker. Au même titre que Minecraft, votre seule contrainte sera celle de votre imagination. Sur terre ou sous-terre, vous pourrez creuser en profondeur ou construire dans l’espace sans limitation.

Plus vite votre campement sera établi, plus il vous sera possible de fignoler les moindres détails.

Plus vite votre campement sera établi, plus il vous sera possible de fignoler les moindres détails.

Maintenant, abordons les choses qui fâchent. Graphiquement, le gap est gigantesque. Artefacts à gogo, bugs de collision, décors invisibles à cause du clipping et j’en passe. Certes, Steam nous a habitué à la réalité des early access, mais il faut avouer que le travail des développeurs et les inputs de la communauté sont constants. L’animation des personnages est assez grotesque et les grognements des zombies, une fois la nuit tombée, devient très vite une cacophonie insupportable. L’interface, sans prétentions, fait son boulot sans pour autant briller dans l’ergonomie et je plains les joueurs console, premières victimes du portage en brut d’un jeu clairement orienté PC. En faisant abstraction de ces défauts techniques, 7 Days To Die peut s’avérer addictif pour les joueurs habitués au genre. Profitez des soldes si vous tenez à le tester mais vous ne manquerez rien à ne pas y jouer.

Pour plus de détails :

Autre(s) test(s)  :

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

Leave a Response