Gaming
0 comments

Test de HeadLander maintenant disponible

by on 22/08/2016
Positives

- Une bonne idée de gameplay
- Une ambiance qui nous rappelle les années 70
- Un atmosphère fort sympathique

Negatives

- Beaucoup trop vite répétitif
- Un jeu qui finit par tourner en rond
- Un plaisir de jouer qui retombe vite

Editor Rating
 
Gameplay
7.5

 
Graphisme
6.7

 
Solo
6.5

 
Multiplayer
0.0

Total Score
5.2

Hover To Rate
User Rating
 
Gameplay
4.4

 
Graphisme
3.9

 
Solo
5.6

 
Multiplayer
6.6

User Score
1 rating
5.1

You have rated this

 

HEADLANDER, UN JEU QUI VA VOUS FAIRE PERDRE LA TÊTE

HeadLander est un jeu d’aventure / réflexion / plate-forme qui est édité et développé par Double Fine Productions. Sorti le 26 juillet 2016 sur Playstation 4, Xbox One et PC. Le jeu avait été annoncé en août 2015, un jeu qui avait bien fait parler de lui pour son côté atypique. De plus, HeadLander rend hommage aux films / séries de science-fiction des années 70. Avec un côté étrange et complètement farfelu, ce jeu peut, peut être nous étonner.

Nous aurons le contrôle d’un têtonaute, c’est comme un cosmonaute mais sans le tronc, sans les bras et sans les jambes, en gros y a que la tête, d’ou têtonaute. Nous serons amené a vivre dans un monde futuriste où l’humanité a été décimée par une intelligence artificielle qui a pris le pouvoir. Sommes nous le seul espoir de l’humanité, plus important, est ce que nous sommes le seul humain encore vivant ? Nous le saurons en partant à l’aventure avec notre petite tête.

HEADLANDER
C’EST PARTIE POUR LE TEST !

Confortablement installé dans mon canapé, je me lance dans l’aventure folle de HeadLander. Nous avons le choix entre une femme, un homme d’age mûre et d’un jeune homme, du moins leur tête. Une fois votre tête choisie, l’aventure commence. Après la cinématique je commence ma folle aventure, la tête bien vissée à son scaphandre. Et ma première mission est de m’échapper d’un vaisseau qui est sur le point d’exploser et qui par la même occasion me sert de didacticiel.

HEADLANDER
UN UNIVERS ROBOTIQUE

Dès les premières minutes de jeu, je me rend compte que ce n’est pas qu’une tête dans un casque, c’est beaucoup plus que ça. Il s’avère que mon casque est un véritable outil, car grâce à lui je peux me propulser dans les airs et qui plus est où bon me semble. De plus, le casque peut aussi servir de connecteur universel pour désactiver des rayons laser de sécurité, prendre possession d’autres corps de robot équipés d’armes ou non, de robots chien, de commande d’ascenseur. Mais ce n’est pas tout, le casque peut aussi aspirer tout ce qu’il veut, surtout la tête des autres robots, pour ainsi y poser la sienne et prendre possession de leur corps.

Nous trouverons pendant notre aventure des robots différents aussi bien physiquement que par leur couleur. Parmi les différentes couleurs de robots il y a le rouge, orange, jaune ect. Chaque robots de couleurs peuvent nous servir pour ouvrir des portes qui sont de la même couleur que les robots (porte rouge, robot rouge, porte orange, robot orange ect). Nous croiserons plusieurs sortes de robots dans HeadLander, allant du simple robot hippie au robot soldat. De plus, à certains passages du jeu, vous devrez faire face à de petits casse-têtes à résoudre, comme passer telle ou telle porte avec un robot d’une couleur, pour pouvoir passer une autre porte avec un robot différent.

HEADLANDER
UN JEU QUI NOUS TRANSPORTE VERS UNE AUTRE EPOQUE

HeadLander nous transportera vers les année 70, avec certains décors ou les musiques que nous retrouverons dans le jeu, surtout lors des chargements que nous entendrons le plus souvant lors des changements de zone ou chargement. Nous verrons aussi d’autres personnages aussi atypiques les uns que les autres. Mais qui auront tout de même un petit défaut, c’est de souvant entendre les mêmes répliques. De plus, vous verrez même que certains robots pourront vous faire une petite danse à la John Travolta dans le film Saturday Night Fever.

HEADLANDER
ET LA TÊTE ALOUETTE

HeadLander nous proposera de faire évoluer notre petite tête avec des améliorations, comme pouvoir augmenter sa vie et encore bien d’autres. Et qui heureusement nous donnent un peu de variétés dans le jeu. Car je ne vous le cache pas, le jeu finit par être assez répétitif. En plus de l’aventure principale dans le jeu, nous aurons aussi la possibilité de faire quelques quêtes annex, comme par exemple retrouver le robot chien d’une femme robot. Je vous rassure si vous tombez sur un ennemi, et qu’il arrive à détruire votre corps d’emprunt, grace à votre tête, du moins votre casque, vous pourrez lui décapsuler la sienne pour lui voler son corps.

HEADLANDER
MON VERDICT SUR HEADLANDER

HeadLander a de quoi séduire les joueurs qui aiment les jeux vidéo d’action-aventure en 2D. Avec un gameplay et une ambiance loufoque et farfelue, qui nous transporte dans les années 70. Mais le petit bémole du jeu est que le plaisir retombe assez vite, jeu tournant trop vite en rond, qui pourrait limite servir de somnifère quand on joue au jeu après huit heures de travail. HeadLander est tout de même un jeu sympathique à faire, qui à certains moments, pourra même vous déclencher quelques sourires.

Je vous met ci-dessous le trailer du jeu. De plus, vous pouvez aussi allez jeter un petit coup d’oeil sur l’un de mes articles que j’ai fait précédemment ICI. Et puis, si vous aimez les série ces articles sont faits pour vous ICI, ainsi, que toute l’actualité sur le gaming ICI. Le jeu est aussi disponible sur les plates-formes suivante, PlayStation 4 et PC.

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

Leave a Response 

Gameplay

Graphisme

Solo

Multiplayer